De Vacivae Industriae – Des jobs vains

En août 2013, David Graber –anthropologue- écrivait un petit essai sur le site de Strike : « Sur le phénomène des bullshits jobs ». L’article eut un succès absolument immense et fut traduit en près de douze langues en moins de deux semaines, dont le français. Il y parle des emplois vides de sens que notre système économique fabrique en pagaille désormais. Cela va du vigile qui reste 12 heures debout à l’entrée de la supérette pour vérifier que vous ne partez pas avec un sandwich au « chief of happiness officer ». Des métiers qui se caractérisent tous par l’absence complète de sens, de but et l’ennui mortel qui vous saisit.

En français, on parle de « jobs à la cons » et c’est le terme qui a été retenu. Pour éviter de dire trop de profanités, je préfèrerais parler de jobs ou d’emplois vains. Ce sera moins percutant mais plus en phase avec le troisième commandement.

En soi, la figure du glandeur de bureau est aussi ancienne que le capitalisme bureaucratique (années 60). Mais nous parlons ici d’un phénomène qui touche une part large –même si difficilement mesurable. David Graeber citait une étude britannique et une autre hollandaise dans laquelle 40% des travailleurs estimaient que leurs emplois ne servaient à rien. L’objectivité de ce sentiment est un peu difficile à fonder, mais à coup sûr cela signifie que les emplois vains, qui pompent 35 heures de temps familial et religieux en pure perte, sont plus grand qu’il n’y paraît.

Or comme nous le verrons, loin d’être un idéal d’être « payé pour ne rien faire », cette situation est un péril grave pour l’équilibre mental et spirituel, et il engendre des dégâts qui eux sont objectifs, sous le nom de « syndrome du bore-out », où quand l’on développe des dépressions sévères à cause de l’ennui au travail.

Pourquoi un chrétien devrait-il s’y intéresser ?

  • Du point de vue pastoral, il y a de grandes chances d’être confronté à la situation et en toute ignorance, car c’est une honte que de faire un emploi vain.
  • Parce que cela veut dire que pour beaucoup, près de 35 heures (plus temps de transports) par semaine sont retirées à l’éducation de nos enfants ou au développement d’une vie chrétienne… en pure perte.
  • Parce que c’est une infraction et une perversion grave du mandat créationnel, et à ce titre un sujet digne d’intérêt et d’un commentaire chrétien.
  • Parce qu’enfin c’est une occasion idéale pour moi de me lancer dans un sujet « purement » économique sous un angle chrétien, étant donné que je connais cette réalité. (Comment croyez-vous que ce blog soit venu à l’existence ?)

Nous parlerons donc ce mois-ci des Jobs vains. Vacivae Industriae.

Bibliographie

https://www.strike.coop/bullshit-jobs/ : l’article originel qui a lancé tout le concept. Si vous ne devez lire qu’une seule chose, que ce soit celle-ci.

https://www.economist.com/free-exchange/2013/08/21/on-bullshit-jobs?fsrc=rss  Une réponse contre cet article, écrite par The Economist, où ils nient le concept de jobs vains en disant qu’il ne s’agit que ces emplois ont une utilité, qu’ils ont forcément une utilité, mais que les employés ne peuvent pas la voir, comme les ouvrier du XXe siècle sur leurs chaînes de montage.

https://www.economist.com/open-future/2018/06/29/bullshit-jobs-and-the-yoke-of-managerial-feudalism Une interview de David Graeber sur The Economist, où il précise l’attraction des « suites » de subordonnés comme moyen d’affirmer son prestige dans la hiérarchie, quitte à ne pas avoir de tâches à leur confier.

En français

https://www.fondation-travailler-autrement.org/2016/05/04/comprendre-le-phenomene-des-bullshit-jobs/

https://www.liberation.fr/debats/2018/09/15/david-graeber-de-plus-en-plus-de-personnes-estiment-que-leur-boulot-ne-devrait-pas-exister_1678709 (interview française de Graeber)

https://www.youtube.com/watch?v=y-G7461XhMs Interview de Graeber sur France Culture, si vous aimez le format podcast

http://www.slate.fr/story/167327/bullshit-jobs-david-graeber-subjectivite Une review équilibrée de son livre.

https://www.goodreads.com/review/show/2964378770  Ma propre review du livre de Graeber.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s