Une défense biblique du distributisme

Nous vivons une époque terrifiante parce que les anciens modèles de compréhension sont maintenant faux et obsolètes. Nous vivons une époque exaltante parce que pour y pallier nous faisons l’inventaire des anciennes idées qui ont été mises de côté, dans l’espoir de pouvoir en adapter une pour traverser notre époque. C’est le cas du distributisme, une doctrine économique qui vient proposer une troisième voie entre capitalisme et socialisme. Et je pense qu’elle est digne d’intérêt, ne serait-ce que parce que c’est celle qui est la plus proche du modèle d’économie biblique. Avant d’aller plus avant, je dois poser les définitions, car je devrais m’y référer tout le temps par la suite.

Distributisme : Doctrine économique qui préconise la diffusion la plus large possible de la petite propriété comme modèle de production. La société est ainsi constituée principalement d’une classe moyenne possédant un petit patrimoine qu’elle fait fructifier elle-même. La grande propriété et le salariat sont réduits au minimum.

Capitalisme : Doctrine économique qui préconise la concentration des moyens de richesses entre les mains d’une petite classe de grands propriétaires –les « capitalistes »- comme modèle de production. La société est donc constituée d’une classe d’élites qui contient les capitalistes et leurs assistants et une classe laborieuse qui dépend de la première par le système de salariat de masse. La petite propriété et la possession publique sont réduites au minimum.

Socialisme : Doctrine économique qui préconise la concentration des moyens de richesses entre les mains de l’Etat – qui est conçu comme le représentant de la Nation – comme modèle de production. La société est officiellement constituée d’une seule classe, les travailleurs. La propriété privée dans son ensemble est supprimée ou réduite au minimum.

Si les deux dernières doctrines devraient vous êtes plus ou moins familières, la première ne l’est probablement pas. Pour des articles qui présentent cette vision, je vous renvoie à la traduction que j’ai faite ou bien à l’article de Myriam Ardoin sur Cahiers Libres : « Pour une propriété anti-capitaliste : le distributisme de G.K. Chesterton. » Si vous supportez l’anglais, il y a une série de vidéos très bien faites sur le sujet : « Ownership Economy » que j’ai trouvé très éclairantes et d’un format bien adapté.

Assez parlé définition, voici les thèses que je défendrai dans cet article :

  1. Le modèle biblique de propriété est celui de la petite propriété privée (contre la grande propriété privée ou la suppression de la propriété privée)
  2. Le modèle biblique du travail est celui de l’exploitant propriétaire (contre le salariat de masse et la centralisation étatique).

Si je réussis à prouver que ces deux thèses sont plus fondées bibliquement que leurs contraires, alors j’ai montré que le distributisme est la plus biblique des doctrines économiques actuellement disponibles.

Le modèle biblique de la petite propriété.

Argument 1 : Le modèle du Deutéronome

Premièrement nous voyons que Dieu agrée la propriété privée par le fait que son alliance de grâce commence par le don d’une propriété privée à Israël :

Regarde, j’ai mis le pays devant vous ; entrez–y et prenez possession du pays que le SEIGNEUR a juré à vos pères, Abraham, Isaac et Jacob, de leur donner, à eux et à leur descendance après eux ! – Deutéronome 1.8

Cette propriété privée n’est pas un accident, mais un élément essentiel de l’alliance de grâce qui devait nous amener Jésus Christ, et elle est conçue comme un élément de l’ordre naturel retravaillé pour Israël. Cette lecture est validée par le fait que les bénédictions et les malédictions qui scellent l’alliance touchent spécialement à la propriété privée à la fin du Deutéronome.

Tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans la campagne. Le fruit de ton ventre, le fruit de ta terre, le fruit de ton bétail, la reproduction de tes bovins et les portées de ton petit bétail seront bénis. Ta corbeille et ta huche seront bénies.

Un peuple que tu ne connais pas mangera le fruit de ta terre, tout le produit de ton travail, tu seras toujours opprimé et écrasé. […]Tu planteras des vignes et tu les cultiveras, mais tu n’en boiras pas le vin ; tu n’en amasseras pas la récolte, car les vers la mangeront. Tu auras des oliviers dans tout ton territoire, mais tu ne t’enduiras pas d’huile, car tes olives tomberont. – Deutéronome 28.3-5,33,39-40

Objection : C’est une disposition de l’alliance de grâce du Sinaï, donc elle ne s’applique qu’à Israël. Elle relève de l’ordre de grâce et non de l’ordre de nature. Réponse : La grâce perfectionne la nature, et ne l’annule pas. Elle parachève l’ordre de nature, elle n’est pas un ordre alternatif à celui-ci. Donc l’ordre donné dans l’alliance du Sinaï présuppose que les éléments de propriété privée enseignés et défendus dans cette alliance sont présents aussi dans l’ordre naturel. On le voit par ailleurs dans le fait que Dieu n’institue pas la propriété privée dans le Deutéronome, mais l’organise simplement d’une façon spécifique à Israël. En agissant ainsi, il est montré que le concept même de propriété privée précède à la propriété d’Israël dans la pensée de Dieu.

Objection : L’administration de Moïse est obsolète, puisque le modèle actuel de propriété dans la nouvelle alliance est plutôt : « Tous les croyants étaient ensemble et avaient tout en commun. Ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. » Actes 2.44-45 Réponse : Des livres entiers étant écrits sur le sujet, il suffira de répondre :

  1. Ce passage est descriptif et non prescriptif : il décrit ce que l’église de Jérusalem faisait, pas ce qui doit être fait par l’église universelle.
  2. Même dans l’église de Jérusalem, ce n’était pas une règle absolue. L’apôtre Pierre ne reproche pas à Ananias d’avoir retenu de sa propriété, mais d’avoir menti sur son don : « Lorsque celui–ci était encore à toi, ne pouvais–tu pas le garder ? Et même quand il a été vendu, son prix ne restait–il pas sous ton autorité ? » – Actes 5.4
  3. Il y a l’exemple de Lydia, qui était marchande de pourpre (et donc propriétaire) et la première croyante de Thessalonique.

Argument 2 : L’interdiction des atteintes à la propriété privée

Ensuite, nous voyons que Dieu ordonne la propriété privée par l’interdiction des atteintes aux biens et de la propriété privée :

Tu ne commettras pas de vol. – Deutéronome 5.19

Maudit soit celui qui déplace la borne de son prochain ! — Et tout le peuple dira : Qu’il en soit ainsi! – Deutéronome 27.17

S’il t’arrive de voir le bœuf de ton ennemi ou son âne égaré, tu le lui ramèneras. – Exode 23.4

Si Dieu ordonne aussi explicitement que l’on ne porte pas atteinte aux biens des autres, il commande aussi implicitement que l’on défende et préserve leur propriété matérielle, selon le principe « Les préceptes négatifs contiennent les positifs ; les positifs contiennent les négatifs ».

Le 8e commandement –Tu ne voleras pas- est ici particulièrement pertinent, car en plus d’être donné à Israël, il est aussi une expression fidèle de la loi naturelle, qui est d’application universelle. Il est donc possible de prouver la propriété privée à partir du 8e commandement seul.

Argument 3 : L’interdiction de l’accumulation des richesses

Cet argument montre que non seulement la propriété privée est prescrite par Dieu, mais plus encore il s’agit de la petite propriété privée, répartie dans l’ensemble des familles d’Israël.

Premièrement, l’accumulation des richesses au-delà d’un certain point est condamné par l’Ecriture :

Quel malheur pour ceux qui ajoutent maison à maison et qui joignent champ à champ, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’espace ! Il n’y a de place que pour vous seuls dans le pays ! – Esaïe 5.8

[Jésus] leur dit une parabole : La terre d’un homme riche avait beaucoup rapporté. Il raisonnait, se disant : Que vais–je faire ? car je n’ai pas assez de place pour recueillir mes récoltes. Voici, dit–il, ce que je vais faire : je vais démolir mes granges, j’en construirai de plus grandes, j’y cueillerai tout mon blé et mes biens, et alors je pourrai me dire : « Tu as beaucoup de biens en réserve, pour de nombreuses années ; repose–toi, mange, bois et fais la fête. » Mais Dieu lui dit : Homme déraisonnable, cette nuit même ta vie te sera redemandée ! Et ce que tu as préparé, à qui cela ira–t–il ? Ainsi en est–il de celui qui amasse des trésors pour lui–même et qui n’est pas riche pour Dieu. – Luc 12.16-21

 À vous maintenant qui dites : « Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous réaliserons des gains » — vous qui ne savez pas ce que votre vie sera demain ! Vous êtes en effet une vapeur qui paraît pour un peu de temps et qui ensuite disparaît. Vous devriez dire, au contraire : « Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela. » Mais maintenant vous mettez votre fierté dans votre présomption. Toute fierté de ce genre est mauvaise. – Jacques 4.13-16

À vous maintenant, les riches : Pleurez, hurlez à cause des misères qui viennent sur vous ![…] Il crie, le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs ; et les clameurs des moissonneurs sont parvenues jusqu’aux oreilles du Seigneur Sabaoth. Vous avez vécu sur la terre dans le confort et le luxe, vous vous êtes repus au jour de la tuerie. – Jacques 5.1,4-5

Dans ces passages on remarque deux choses : 1. Ce n’est pas la propriété qui est condamnée dans ces versets, mais l’abus par l’orgueil qui motive l’accumulation de richesses. 2. Le modèle vertueux opposé à ces condamnations est celui d’une petite propriété et d’une grande sobriété dans la recherche de gains.

Ensuite, on peut citer aussi la loi lévitique du Jubilé, qui annule tous les achats de terre tous les 50 ans, rendant ainsi impossible la constitution de grandes propriétés transmissibles par héritage.

Vous consacrerez la cinquantième année et vous proclamerez la libération dans le pays, pour tous ses habitants ; ce sera pour vous le jubilé ;[…]c’est le jubilé, il sera sacré pour vous. Vous mangerez le produit des champs. En cette année de jubilé, chacun de vous reviendra dans sa propriété.[…]  La terre ne se vendra pas à titre définitif : le pays m’appartient, et vous êtes chez moi des immigrés et des résidents temporaires. – Lévitique 25.10,12,23

Ainsi on voit par ces deux arguments que l’accumulation infinie de richesses n’est pas convenable aux yeux de Dieu.

Objection : Le socialisme tend justement à corriger cette infraction, en donnant au magistrat le pouvoir de répartir les richesses plus justement. Le socialisme est donc conforme à la doctrine biblique. Réponse : Non, bien au contraire, il remplace une infraction unique par une infraction multiple :

  1. Il abolit la grosse propriété privée pour la remplacer par une propriété étatique. Ce dernier modèle n’est pas du tout conforme à la parole de Dieu.
  2. L’accent biblique n’est pas sur la répartition de richesses, mais sur la répartition des moyens de richesses. L’objectif est que toutes les familles aient des biens personnels, pas que toutes les familles participent à une propriété publique complètement fictive.
  3. Le magistrat a pour tâche de préserver la loi divine, y compris le 8e En confisquant les propriétés pour les mettre en commun au niveau national, il enfreint le commandement même qu’il est censé garder.

Argument 4 : La propriété n’est pas seulement prescrite, mais agréable à Dieu

Les livres de sagesse décrivent la propriété privée comme non seulement conforme à la loi, mais agréable à Dieu et conforme à la Sagesse Divine.

L’homme de bien transmet à ses petits–fils un patrimoine ; les ressources du pécheur sont réservées pour le juste.- Proverbes 13.22

Une maison et des biens, voilà le patrimoine qu’on reçoit des pères ; une femme qui a du bon sens est un don du SEIGNEUR . – Proverbes 19.14

Un patrimoine trop vite acquis dès le début ne sera pas béni par la suite. – Proverbes 20.21

De même, l’exemple de la femme vertueuse est celui d’une femme qui est propriétaire de ses biens.

Qui trouvera une femme de valeur ? Son prix dépasse de loin celui des coraux. […]Elle pense à un champ et elle l’acquiert ; du fruit de ses mains elle plante une vigne. – Proverbes 31.10,16

On remarquera d’ailleurs que le modèle de propriété privée décrit dans les proverbes est celui de la petite propriété familiale et non de la grande propriété.

C’est donc que la petite propriété privée est conforme à la volonté de Dieu, et agréable à sa Sagesse.

Le modèle biblique du travail

La question est déjà aux deux-tiers traitée à partir du moment où on a établi que la volonté de Dieu est la diffusion la plus large possible d’une petite propriété. Typiquement, la femme vertueuse de Proverbes 31, dont on vient de parler travaille de ses propres mains dans sa propriété.

Elle se procure de la laine et du lin et travaille de ses mains avec plaisir.[…] Elle fait des sous–vêtements et les vend, elle livre des ceintures au marchand. – Proverbes 31.13,24

La question est plutôt autour du salariat, qui est abordé dans le Deutéronome. Est-il une forme de travail prescrite, ou simplement tolérée par Dieu ? Je défends ici que le salariat est une réalité tolérée par Dieu, auquel il ne donne des règles que pour encadrer les abus, et non un statut pour les instituer. Il a en somme le même statut que l’esclavage et le divorce, que Dieu permet dans la loi de Moïse « à cause de la dureté de vos cœurs » – et dans le cas du salariat, des difficultés économiques inévitables.

Le témoignage le plus important de l’écriture est la loi du Deutéronome qui aborde directement la conduite à tenir quant aux salariés :

 Tu n’opprimeras pas le salarié pauvre ou déshérité, qu’il soit l’un de tes frères ou l’un des immigrés qui sont dans tes villes, dans ton pays. Tu lui donneras le salaire de sa journée avant le coucher du soleil ; car il est pauvre, et il lui tarde de le recevoir. Sans cela, il invoquerait le SEIGNEUR contre toi, et ce serait un péché pour toi. – Deutéronome 24.14-15

Je fais ici les remarques suivantes :

  • C’est une loi casuisitique (=qui expose ce qu’il faut faire « dans le cas où »). Le travail salarié est seulement reconnu dans la loi, et non institué.
  • Cette loi ne fait que prévenir un abus. Aucune bonté particulière ou normalité n’est accordée au salariat.
  • Le terme de salarié est associé à « pauvre » et « déshérité », ce qui suggère que le salariat est une condition déplorable que l’on ne peut souhaiter volontairement. Dans l’ensemble, c’est une mauvaise condition.

Et il y a d’autres témoignages, suffisamment peu nombreux pour être cités en bloc :

Quel malheur pour celui qui bâtit sa maison aux dépens de la justice, et ses chambres à l’étage aux dépens de l’équité ! Qui fait travailler son prochain pour rien, sans lui donner sa paye – Jérémie 22.13

 Je me présenterai à vous pour le jugement, et je me hâterai de témoigner contre les sorciers et les adultères, contre ceux qui font de faux serments, contre ceux qui oppriment le salarié, la veuve et l’orphelin, qui lèsent l’immigré et ne me craignent pas, dit le SEIGNEUR (YHWH) des Armées. – Malachie 3.5

Demeurez dans cette maison–là, mangez et buvez ce qu’on vous donnera, car l’ouvrier mérite son salaire.- Luc 10.7

Il crie, le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs ; et les clameurs des moissonneurs sont parvenues jusqu’aux oreilles du Seigneur Sabaoth. – Jacques 5.4

De ces témoignages, il en ressort la chose suivante :

  • Le salariat n’est pas condamné en tant que tel, mais uniquement ses abus. Il y a donc toujours une place pour celui-ci.
  • Le salarié est traité dans la même catégorie que « la veuve et l’orphelin » et l’immigré. Il est donc dans la catégorie des « pauvres » à défendre.
  • Le salaire est lié à l’activité et la tâche, déconnecter les deux est apparemment exclu, que ce soit par un emploi fictif ou bien par une mise au placard.

Je pense donc avoir raison d’affirmer que le salariat n’est présent dans la Bible qu’au même titre que la pauvreté et l’exclusion sociale. De la même façon que Dieu ne prescrit pas la pauvreté, mais donne des commandements pour y pallier, Dieu ne prescrit pas le salariat, mais donne des commandements pour en éviter les abus.

En conclusion, nous pouvons donc dire que l’idée de base du distributisme est plus biblique que le capitalisme (fondé sur le salariat de masse) ou le socialisme (fondé sur la suppression de la propriété privée).

10 commentaires sur “Une défense biblique du distributisme

  1. C’est le modèle économique promu dans le livre « La déconstruction de l’homme », deuxième édition publiée en Janvier 2019. Dans cette édition j’évoque à la fois le modèle du jardin et de l’économie de proximité… Nos convictions sont très voisines, sinon rudement proches…m

    Aimé par 1 personne

    1. La seule chose qui m’empêchait de prendre au sérieux cette alternative était que je n’imaginais pas pouvoir faire de l’industrie ou des services avec ca. A mes yeux, ce n’était qu’un « retour en arrière » sans grand intérêt. Avant de me rendre compte récemment que c’était beaucoup plus intelligent et viable que ca 😀

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour !

    Très édifiant, frère, merci à toi !
    J’avais déjà lu l’article des « Cahiers libres » sur le sujet, lequel présente cette alternative intéressante (le principe des petites propriétés permet d’éviter l’impasse de la concentration des biens entre les mains d’une seule personne/d’un petit nombre cf la situation présente de la presse).
    Sinon, il me semble aussi que la Bible ne considère la propriété personnelle ni comme un péché, ni comme un droit « sacré ». La grosseur de notre compte en banque, comme la grosseur de nos biceps, n’est ni bonne ni mauvaise en soi. Tout dépend de ce que l’on en fait ! La Bible, donc, ne condamne pas la propriété personnelle comme étant une injustice. Mais elle déclare également que c’est un prêt, un dépôt divin, une gérance de laquelle le possédant est responsable et dont il aura à rendre compte devant Dieu. Nous même d’ailleurs ne sommes pas « propriétaires » des charismes, mais avons à les gérer en bons intendants des « grâces multicolores de Dieu » cf 1 Pierre 4v10 (Voir https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2019/05/15/la-propriete-est-elle-un-droit-sacre-quen-dit-la-bible/ )

    Fraternellement et à bientôt,
    Pep’s

    Aimé par 2 personnes

    1. Ca c’a été mon premier choc en y réfléchissant bible en main.

      Le deuxième choc est la totale absence du salariat comme réalité économique dans le monde biblique. Et nous sommes en train de nous gratter la tête aujourd’hui à essayer de savoir la vision biblique du travail, parce que nous posons de mauvaises questions à la Bible

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s